Un retour aux sources du cinématographe

maesta-la-passion-du-christ

 

Am tot văzut filme din 2015, cum am tot văzut și top 10-uri cu reușitele anului trecut, dar despre Maestà – La Passion du Christ, realizat de Andy Guérif, am aflat doar azi. Nu de la noi, nici nu mă așteptam, ci din „Connaissance des Arts”, cel mai recent număr, unde citesc curios și Les grandes expositions 2016.

După ce am fost foarte plăcut surprins de izbânzile directorilor Lech Majewski, cu The Mill and the Cross (2011) și Gustav Deutsch, cu Shirley: Visions of Reality (2013), care au tradus cu rafinament limbajul picturii în cel cinematografic, prezentarea din revista amintită și trailerul Maestà mă fac extrem de curios. Andy Guérif însuflețeste acum un altar poliptic celebru, de secol XIV, semnat de Duccio di Buoninsegna, pictor italian originar din Siena, Toscana.
 

maesta-la-passion-du-christ-2
 

Avec Maestà, la Passion du Christ, Andy Guérif ressuscite le chef-d’oeuvre de Duccio di Buoninsegna (1255 – 1318) en donnant vie à chacun de ses vingt-six panneaux. De l’Entrée dans Jérusalem au Chemin vers Emmaus, les acteurs défilent d’une scène à l’autre dans des cadres grandeur nature.
Tourné sur sept années, le film pousse l’exactitude à son paroxysme, allant jusqu’à reproduire les défauts de perspective en modifiant les angles des éléments de décor. Après un focus sur la crucifixion et une vue d’ensemble du polyptyque en mouvement, résultat d’un montage titanesque, c’est séquence par séquence que se reconstruit la Passion. Seul un vingt-sixième de l’écran se retrouve animé. Un effet saisissant qui amène le spectateur à poser son regard sur une image à la fois et à redécouvrir autrement l’oeuvre magistrale du Trecento italien.

Né en 1977, diplômé de l’École supérieure des beaux-arts d’Angers en 2001, Andy Guérif est un artiste, cinéaste et plasticien.

maesta-la-passion-du-christ-4[Maestà, photo de tournage © LE COURRIER DE L’OUEST]


Tags: , ,

 
 
 

Leave a Reply